Carnaval sous la mer

L’histoire commence avec la découverte marquante de l’Aquarium de Nouméa. Fondé par le bilogiste René Catala et sa femme Ida Stucki, l’Aquarium est à l’époque une vitrine unique sur les trésors nichés au creux des océans du Pacifique : poissons mutlicolores, coraux fluorescents et autres merveilles inaccessibles au commun des mortels…

Subjuguée par cette porte ouverte sur l’univers féérique des récifs coraliens, Gemmanick décide de rendre hommage au professeur Catala, qui s’est battu pour voir naître le projet de sa vie sur ses propres deniers, ainsi qu’à son ouvrage intitulé « Carnaval sous la mer », qui célèbre la beauté de la faune et de la flore océaniennes.

 

Carnaval sous la mer_Gemmanick

Harmonies de bâtons : Carnaval sous la mer

Tapisserie d'Aubusson : Carnaval sous la mer

Tapisserie d’Aubusson : Carnaval sous la mer

En voyage à Rotoroua en Nouvelle-Zélande, Gemmanick prend sa palette et ses pinceaux, et crée sans le savoir une oeuvre qui marquera sa carrière d’une triple pierre blanche.

Foisonnement des fonds marins, étoile de mer tendue en offrande par une princesse métamorphosée en Nefertiti, allégorie d’Ida Stucki, cherchant à s’attirer les regards du Dieu des Océans pour lui demander son chemin : Carnaval sous la mer, hommage à l’ouvrage éponyme du professeur Catala, est né.

Carnaval sous la mer est d’abord une toile, prix du public en 1973 au salon de Mai de Nouvelle-Calédonie, la première d’une série baptisée Harmonies de Bâtons, période majeure dans l’oeuvre de Gemmanick qui, une fois installée à Paris deux ans plus tard, commencera également à peindre les fonds des mers du sud en hommage à son pays natal.

En 1975, la toile est choisie parmi la cinquantaine d’oeuvres qu’elle expose galerie Vendôme, 12 rue de la Paix, pour devenir tapisserie d’Aubusson.

Tissée huit fois à partir de 1977, elle fera le tour du monde.

A l’occasion de la première tombée de métier de Carnaval sous la mer, la tapisserie est à son tour remarquée par le Ministère de l’Outre-Mer à Paris, qui propose alors d’en faire un timbre d’outre-mer, émis en 1978.

Hommage aux projets visionnaires, toile témoin, emblème océanien, comme la princesse guidée par le Dieu des Océans, l’oeuvre a trouvé son chemin…

Carnaval sous la mer : le timbre

Carnaval sous la mer : le timbre