L’Euro

Après une décennie marquée par une grande tournée européenne et de nombreuses expositions en France, en Allemagne et dans les pays du Bénélux, Gemmanick est invitée en 1987 à participer à un salon thématique sur l’Europe, sous le haut patronage de Valéry Giscard d’Estaing.

Le jury du salon, réuni par l’association Promotion des Arts en collaboration avec la fondation Paul Ricard, ne laisse pas d’exprimer sa surprise devant l’oeuvre singulière que Gemmanick présente.

Dans une toile qu’elle intitule La Conscience de l’Europe, Gemmanick frappe la monnaie unique de la CEE du sigle EURO, pour Europe Unie Réalisée dans l’Ouverture, à une époque où tout le monde croit à la pérennité de l’Ecu…

Symboles et mystères : La Conscience de l'Europe

Symboles et mystères : La Conscience de l’Europe

L’expansion de l’Europe ne fait aucun doute : le soleil, en haut, éclaire notre planète bleue, et la lune est à son croissant ascendant. Le drapeau ne compte que 12 étoiles, mais la place est déjà faite pour de nouveaux membres.

L’homme, lui, a créé la lumière, symbolisée par l’ampoule, qui contient le sablier du temps et « le temps, c’est de l’argent » ! Charge donc à la Banque Centrale de garder un oeil attentif, jour et nuit, sur le cours de l’euro…

La Conscience de l’Europe ne trouvera pas tout de suite son public, peut-être trop en avance sur son temps. Ce n’est que quatorze ans plus tard, en 2001, alors que l’Europe s’apprête à mettre sur le marché sa monnaie unique, finalement baptisée euro, que le journal Ouest France, sous la plume de Jean-Yves Boulic, titrera : « Elle a peint l’euro avant l’euro ».